7 décembre 2012

Hommage à Oscar Niemeyer

Durant mes années d'études, nous parlions des naissances des cités, de ces hommes qui voulaient élever du sol au ciel, une cité idéale...Des facteurs déterminant le développement d'une ville et le bienêtre de ses citoyens...
Entre toutes ces notions,  d'urbanisation...deux noms qui revenaient souvnt :
 Le Corbusier avec la ville de Chandighar (Inde) ou le brésilien, Oscar Niemeyer et la ville de Brasilia (Brésil).
Choisir d'être architecte, c'est développer son potentiel de créateur...Laisser une marque...Intervenir....
A un moment, nous traverse cette pensée folle de pouvoir participer à un projet grandiose, faire pousser une ville ou tout citoyen épanouirait...une cité simple et  idéale...Pure utopie.
Oscar Niemeyer, fais partie de ces architectes qui ont pu matérialiser cette pensée, avec Brasilia, la capitale du Brésil.

Décédé cette semaine, il avait 104ans, même s'il réfutait être le chantre d'un dogme quelconque, Oscar Niemeyer était bel et bien le dernier représentant d'une aventure architecturale particulière, d'un mouvement nommé  "Architecture Moderne".
Parce qu'en plus, il n'a eu de cesse de défendre des valeurs d'humaniste, j'aimerais  lui rendre un dernier hommage en vous présentant maintenant quelques uns de ces projets.


Tout d'abord , Brasilia , une cité née entièrement de sa main, de celle de l’urbaniste Lucio Costa et du paysagiste Roberto Burle Marx. Il y créa des bâtiments publics qui font aujourd’hui office de manifestes de l’architecture moderne en béton, à l’image de la cathédrale composée d’un bouquet d’arcs s’élevant vers les cieux ou du Congrès national surplombé de deux coupoles inversées.
Brasilia ni la première utopie urbaine ni sans doute la dernière, cité à découvrir.

Même si c'est la création des bâtiments phares de Brasilia,qui lui a valu sa renommée internationale, ses réalisations sont visibles dans de nombreux autres pays.
Oscar Niemeyer a conçu plus de 600 projets architecturaux dans le monde entier et en a dirigé encore plusieurs .
Parmi ces réalisations, figurent d'abord sa première grande commande publique, en 1940, et qui lance véritablement sa carrière, et qui vient de Juscelino Kubitschek, alors maire de Belo Horizonte, capitale de l’État du Minas Gerais. Sur les bords d’un lac artificiel, dans le quartier de Pampulha, l’architecte conçoit un yacht-club, une salle de bal, un casino et la merveilleuse église Saint-François-d’Assise aux volumes rythmés comme une succession de vagues habillées d’azulejos bleus. Un monument hardi, aux courbes déliées, dont la réussite et le sentiment de plénitude qui s’en dégage expriment l’une des convictions de l’architecte : « Je suis pour les choses innovantes et belles dont l’audace et l’esprit créatif peuvent surprendre et émouvoir»

Il réalisa aussi le secrétariat des Nations unies à New York, ou encore,le siège du Parti communiste français, à Paris.
ce talentueux architecte était communiste:

"Je ne me tairai jamais. Je ne cacherai jamais mes convictions communistes. Et celui qui me contacte en tant qu'architecte connaît mes conceptions idéologiques. (...) Durant mes conférences, j'ai toujours souligné que l'architecture n'était pas l'essentiel. Ce ne sont pas des propos méprisants. Comparez l'architecture avec la vie, l'être humain, la lutte politique, la contribution que nous apportons tous à la société pour nos frères déshérités. Que représente l'architecture par rapport à la lutte pour un monde meilleur, sans classes ?"


De la lutte des classes, à  la Vie magnifiée par la musique ou les formes, dans son parcours architectural , Oscar Niemeyer n'a jamais mis de côté ses valeurs
Pour preuve, sa dernière belle réalisation , en Espagne, et à son avis sa plus importante en Europe:
 le Centro Niemeyer, qui est une porte ouverte à tous les arts et aux manifestations culturelles, avec «le dénominateur commun unique de l'excellence», soulignait l'architecte Oscar Niemeyer.
La vision de son créateur est basé sur trois piliers: l'éducation, la culture, et de la paix.
Le Centro Niemeyer est conçu comme un aimant capable de réunir ces trois éléments, capables d'attirer les talents.Il est et restera comme sa dernière grande oeuvre architecturale...



Nous terminerons sur ce clin d’œil  de vie, de cet architecte engagé, qui aimait a répéter, que : « Ce n’est pas l’angle droit qui m’attire, ni la ligne droite, dure, inflexible, créée par l’homme. Ce qui m’attire, c’est la courbe libre et sensuelle, la courbe que je rencontre dans les montagnes de mon pays, dans le cours sinueux de ses fleuves, dans la vague de la mer, dans le corps de la femme préférée. ».

Les œuvres d’Oscar Niemeyer peuvent vous provoquer des réactions diverses :  bien, mauvais, splendide, horriblement laid... Mais elles ne peuvent pas vous laisser indifférents.
Si j'ai voulu être architecte et designer, c'était aussi pour cela, inspirer, créer...en restant éthique.

Au revoir Oscar.



Articles connexes pour apprendre à le découvrir:
Oscar Niemeyer, architecte libre
Oscar Niemeyer, père de l'architecture moderne est mort
Oscar Niemeyer architecte engagé
L'architecte Oscar Niemeyer fête ses 103ans
Brasilia utopie d'Oscar Niemeyer